Welcome home, eh? / Bienvenue au bercail

Back at the BDC Kitchener office!

Back at the BDC Kitchener office!

La version française suit l’anglais

Hello, world!!!

I’m getting back into the swing of things here at the BDC Kitchener office after my international development project in Guyana, which ended in March…With summer around the corner, I’m taking this opportunity to share a wrap-up of my work abroad!

This beautiful weather we’ve been having has me missing Georgetown…

 

Quick overview of my work

As part of a pilot project between the Business Development Bank of Canada (BDC) and Cuso International, an international development agency, I was given the opportunity to work at the Open Doors Centre, a vocational school for persons with disabilities in Guyana.

My work involved developing an entrepreneurship training curriculum and teaching it at the same time. This curriculum will be delivered to the school in a manual I’m creating. I was there for six months under the guidance of the Centre’s director, Mr. Lewis.

During my free time, I took sign language courses so I could communicate and engage with students, many of whom were hearing impaired. I also went to local business events in an effort to learn more about the business community.

Some people ask me if this was a vacation, but let me tell you- there was work to be done!

Students at the Open Doors Centre enter two-year training programs in garment making, electronics, carpentry and IT. It was my job to get the ball rolling and create a curriculum that will teach and empower students to start their own business.

I was surprised to learn from Mr. Lewis that I had to teach too… Wait- What?!

I miss getting lifts around town from Rasta tour guides

I miss getting lifts around town from Rasta tour guides

Reflecting on the experience

Six months seems like a long time if you look six months to the future, but a short time for something that’s happened in the past.

Teaching, though I didn’t expect to be up there in front of a class, is an experience I’m glad to have had.

I had a lot of fun creating lessons that were interactive and engaging, even drawing from my own experiences and way of learning. I mean, we’ve all learned a valuable lesson or two from the game of Monopoly, which is what I sometimes used to teach business concepts.

I’m in the process of editing the final version of the entrepreneurship curriculum/training manual.  I held onto it until now because my six month contract in Guyana wasn’t enough time for me to include everything I thought a Small Business Management curriculum needed. I’m still debating on how much information I should include, especially about “how to find the right location for your business?” one of the most common questions I received.

Here I am with the Cuso International gang

Here I am with the Cuso International gang

I’m still in touch with Cuso International, doing a few local recruitment blitzes and was recently featured in their magazine, Catalyst.

They’ve asked to use my manual for other projects and in other countries because entrepreneurship for people with disabilities is a new area of development for them and they have limited material on the subject.

The Open Doors Centre has already shared a draft of my manual with the Ministry of Health and the two disability schools/rehabilitation centres we worked closely with, all of whom want to include it in their libraries.

Farewell to the Garment Girls!

Farewell to the Garment Girls!

Goodbye to the Open Doors Centre and Guyana

Saying good bye was one of the hardest things I’ve had to do. It came as a surprise to some of the trainees that it was already time to leave. In between my own tears and their sobs, faint thank yous and bone-crushing hugs I realized that not only was I changed, but I had made an impact on them that would last forever.

They thanked me for believing in them and for teaching them something new. We took some final pictures before the students loaded me onto the bus and gave me their final best wish—to survive the snow in Canada.

It wasn’t always easy, but I am so proud to have been a part of this international development project and excited for the opportunities ahead. The school is in the process of hiring all new full-time teachers and they are all receiving entrepreneurship training so they can work the concepts into their lessons.

They are also working on hiring a full time entrepreneurship teacher. Mr. Lewis’s job offer still stands if I ever return to Guyana.

What’s next?

I’ve been back at work for more than two months now. Besides some new technology at the office and training to use a new program at work, things seem to be pretty much the same here at the BDC Kitchener business centre. It’s made re-integrating into the team a lot easier!

I learned a lot while I was away and am hoping to transfer some of these skills into my role as a development banker. I am more confident in my abilities and about taking on new challenges. I’ve learned the importance of self-management and time management, and am also more resourceful. Creating the entrepreneurship curriculum, writing up the manual, and teaching at the same time has taught me all of this.

There has been an outpouring of support from the BDC. From coast to coast, colleagues have been reaching out wanting to know more about my experience, sending their best wishes and looking for ways they can get involved.

Now it’s my turn: THANK YOU! To all of you for helping me get to where I am today and helping me make the most of my Guyana experience, for supporting me along the way, and for your continued interest in the BDC/Cuso pilot program. I enjoy talking about my experiences and would encourage anyone who’s interested to email me to learn more.

Thanks for following along, I hope you enjoyed the blog and my stories of Guyana.

Until next time,

Samantha

***

Me voici avec mes collègues du centre Open Doors

Me voici avec mes collègues du centre Open Doors

Bienvenue au bercail

Bonjour le Monde!

De retour du Guyana, où j’ai participé à un projet de développement international qui a pris fin en mars, ma vie reprend doucement son cours au bureau de BDC à Kitchener… À l’approche de l’été, je profite de l’occasion pour faire un bilan de mon travail à l’étranger.

Le beau temps dont nous jouissons me donne la nostalgie de Georgetown…

Un bref aperçu de mon travail

Dans le cadre d’un projet pilote conjoint de la Banque de développement du Canada (BDC) et de Cuso International, une organisation de développement international, j’ai eu l’occasion de travailler au centre Open Doors.

Le centre Open Doors est une école de formation professionnelle pour les personnes handicapées. J’y ai conçu et enseigné un programme de formation en entrepreneuriat. Ce programme sera dispensé à l’école à l’aide d’un manuel que je suis en train de rédiger. Mon affectation –a duré six mois, sous la supervision du directeur d’Open Doors, M. Lewis.

J’ai parallèlement suivi des cours de langage gestuel pour pouvoir communiquer et créer des liens avec les élèves, dont un bon nombre ont une déficience auditive. J’ai aussi pris part à des activités d’affaires pour en apprendre davantage sur le milieu des affaires local.

Certains me demandent si c’étaient des vacances, mais permettez-moi de vous dire qu’il y avait beaucoup de travail à accomplir.

Les élèves du centre Open Doors suivent des programmes de formation de deux ans en confection de vêtements, en électronique, en menuiserie et en TI. Mon travail consistait à ouvrir la marche en créant un programme de cours qui leur apprendra comment démarrer leur propre entreprise et leur donnera les moyens nécessaires.

J’ai été prise au dépourvu quand le centre m’a annoncé que je devrais également enseigner la matière. Ma réaction : Quoi? C’est sérieux?

Une balade au sommet des arbres sur une structure construit par des ingénieurs canadiens

Réflexion sur mon expérience

Six mois, ça peut sembler long quand on regarde vers l’avenir… mais c’est très court quand il s’agit d’une expérience passée.

Même si je ne m’attendais pas à me retrouver devant une classe, enseigner est une expérience que je suis heureuse d’avoir pu vivre. J’ai eu beaucoup de plaisir à créer des cours interactifs et engageants… qui s’inspiraient par moments de mes expériences personnelles et de ma propre façon d’apprendre. Par exemple, nous avons tous appris une ou deux leçons utiles en jouant au Monopoly, et je me suis servie de ce jeu à quelques reprises pour enseigner des concepts d’affaires.

Je suis en train de mettre au point la version finale du programme de cours/manuel de formation en entrepreneuriat. Si j’y travaille encore en ce moment, c’est parce que mon contrat de six mois au Guyana ne m’a pas laissé suffisamment de temps pour inclure tout ce qu’un programme de cours sur la gestion d’une petite entreprise devrait contenir selon moi. Je me demande encore quelle quantité d’information je devrais fournir, en particulier sur des points tels que « comment trouver le bon emplacement pour votre entreprise » – qui font partie des questions qu’on m’a le plus souvent posées.

Je suis toujours en contact avec Cuso International, qui m’a invitée à participer à quelques campagnes éclair de recrutement local et a récemment publié un article sur mon rôle au Guyana dans son magazine, Le Catalyseur. Étant donné que l’entrepreneuriat (pour les personnes handicapées) est pour eux un nouveau secteur de développement et qu’ils possèdent peu de documentation sur le sujet, les gens de Cuso ont aussi demandé à utiliser mon manuel dans le cadre d’autres projets, ailleurs dans le monde.

Le centre Open Doors a déjà remis une version préliminaire de mon manuel au ministère de la Santé et aux deux écoles/centres de réadaptation pour personnes handicapées avec lesquels nous avons travaillé étroitement, et tous veulent l’ajouter à leur répertoire.

Au revoir au centre Open Doors et au Guyana

Les au revoir ont été déchirants. Certains étaient surpris de voir qu’il était déjà temps pour moi de partir. Au milieu des larmes et des sanglots, des remerciements étouffés et des étreintes à vous broyer les os, j’ai réalisé qu’en plus de repartir transformée, j’avais eu sur mes élèves un impact indélébile.

Ils m’ont remerciée d’avoir cru en eux et de leur avoir enseigné quelque chose de nouveau. Nous avons pris quelques dernières photos avant que je ne monte à bord de l’autobus. Puis, les élèves m’ont offert leurs derniers vœux, me souhaitant notamment de survivre à l’hiver canadien.

La route n’a pas toujours été facile, mais je suis on ne peut plus fière d’avoir participé à ce projet et emballée par les possibilités qui se dessinent. Le centre procède actuellement au recrutement de nouveaux professeurs à temps plein, qui reçoivent tous une formation en entrepreneuriat de manière à pouvoir intégrer les concepts dans les cours qu’ils donnent. Il travaille également à engager un professeur à temps plein qui sera chargé d’enseigner l’entrepreneuriat. Si je retourne un jour au Guyana, M. Lewis a affirmé que l’offre d’emploi qu’il m’a faite tient toujours.

Vue sur l'Océan Atlantique (avec ma mère). L'eau est brune en raison des sédiments transportés par les rivières

Vue sur l’Océan Atlantique (avec ma mère). L’eau est brune en raison des sédiments transportés par les rivières

La suite des choses

J’ai réintégré mon poste il y a maintenant un peu plus de deux mois. Mis à part l’adoption d’une nouvelle technologie et la formation sur l’utilisation d’un nouveau programme, les choses n’ont pas beaucoup changé au centre d’affaires de Kitchener de BDC, ce qui a grandement facilité mon retour au sein de l’équipe!

J’ai beaucoup appris durant mon affectation et j’espère mettre à profit certains de mes nouveaux acquis dans mon rôle au sein d’une banque de développement. J’ai davantage confiance dans mes habiletés et dans ma capacité de relever de nouveaux défis. J’ai appris l’importance de l’autogestion et de la gestion du temps, et je suis de surcroît plus débrouillarde. Le fait de créer un programme de cours sur l’entrepreneuriat, de rédiger le manuel, et d’enseigner en même temps la matière m’a permis d’acquérir tout cela.

J’ai reçu d’innombrables marques d’appui de la part de BDC. D’un océan à l’autre, des collègues m’ont contactée pour en savoir plus sur mon expérience, pour me transmettre leurs meilleurs vœux et pour savoir comment ils pourraient s’impliquer.

C’est mon tour à présent : MERCI ! Merci à vous tous de m’avoir aidée à arriver là où j’en suis aujourd’hui et à tirer le meilleur parti de mon expérience au Guyana; de m’avoir soutenue en cours de route; et d’avoir porté un intérêt continu au programme pilote BDC/Cuso. J’adore parler de ce que j’ai vécu, et j’encourage toutes les personnes intéressées à m’envoyer un courriel pour en savoir plus.

Merci de m’avoir suivie tout au long de mon aventure. J’espère que vous avez apprécié le blogue et mes histoires à propos du Guyana.

Au plaisir,

Samantha

Advertisements
This entry was posted in Uncategorized and tagged , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

2 Responses to Welcome home, eh? / Bienvenue au bercail

  1. Denis Dunn says:

    Glad you made it home safe. A truly wonderful experience that you will no doubt cherish for years to come. Enjoy your summer

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s